Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de VALF

Guide pratique inondation

 

 

COMMENT FAIRE FACE A L’INONDATION



GUIDE PRATIQUE


Les conseils que vous découvrirez dans ce guide ont pour but de vous aider. Ne l’interprétez pas comme une résignation à la lutte contre les inondations. Bien au contraire nous pensons que pour être rassurés il faut être bien préparés.



LE SAVEZ-VOUS?

Parmi les risques naturels susceptibles d'affecter le territoire français, l'inondation concerne, en partie ou en totalité, environ une commune sur trois, soit 22 000 km². Les risques d'inondation représentent plus de la moitié du coût des dommages imputables aux catastrophes naturelles. Le nombre de personnes concernées annuellement est estimé entre 80 000 et 1 000 000.

deux millions de français vivent dans des zones inondables.

 

Rappel de quelques événements majeurs:

1987 : Le Grand-Bornand 1988 : Nîmes

1992 : Vaison-la-Romaine 1999 : Estuaire de la Gironde

2000 : Quimperlé 2001 : Abbeville

2002 : Le Gard et le Vaucluse 2009 : Pays basque

2010 : Estuaire de la Gironde, Charente maritime, Vendée ...

 

 

  1. Le point dans notre secteur:

 

La tempête du 27 décembre 1999 a marqué les esprits de toute une population. Qu’en est-il dix ans après sur la Presqu'île?


La probabilité qu’un tel événement se reproduise est assez faible, nous disait-on avant ce 28 février! Ce n’est pas vrai. On ne peut ignorer qu'une zone inondée le sera à nouveau, et la culture du risque est indispensable dans une zone inondable.

Sachez que la protection individuelle demeure le meilleur moyen de se mettre à l’abri du risque majeur et de conserver sa sérénité en cas de tempête ou d'inondation, à condition d’être prévenu à temps. A ce sujet, les communes d'Ambès et de Saint Louis de Montferrand se sont dotées d'un système d'alerte téléphonique. Ce moyen de prévention est efficace et rapide, à condition que:

  • toute la population puisse être jointe. Une constatation: trop peu d'habitants ont communiqué leur coordonnées téléphoniques à Saint Louis avant le 28 février 2010!

  • le message diffusé soit clair et compréhensible de tous!

  • soit accompagné de procédures complémentaires comme par exemple la diffusion sur tout le territoire de la commune d'un message par haut parleur, etc …

 

Sur le blog de Vivre Avec Le Fleuve: http://valf.over-blog.com , des messages d'alerte sont diffusés en cas de crues.

 

Vous savez que vous vivez dans une zone à risques, alors mesurez les menaces d’inondation et apprêtez-vous à faire front, le cas échéant.

Les bâtiments concernés sont des constructions existantes dont la localisation et le parti-pris constructif n'ont pas toujours anticipé l'occurrence d'inondation. Mais, des bâtiments qui n'ont jamais connu d'inondation peuvent se retrouver inondés du fait de modifications de l'écoulement des eaux induits par des travaux divers modifiant les régimes d'écoulement.

 

 

 

Maintenant quelques conseils pratiques:

 

Dans tous les cas , respectez les consignes des autorités!

 

  1. Avant la crue :

 

Une fois que vous aurez déterminé l’amplitude de la menace vous concernant, il s’agira de réunir tous les atouts pour y faire face avec le moins de dégâts possible. La question se pose alors de définir des mesures d'intervention sur ces bâtiments avec un triple objectif:

  • limiter les risques pour les personnes, identifier ou créer une zone refuge,

  • limiter les dommages aux biens dans la perspective de minimiser les travaux de remise en état,

  • limiter le délai de reprise de possession des lieux dans des conditions sanitaires satisfaisantes.

 

Quand vous savez qu’une crue est imminente, il faut sans tarder vous informer en mairie (dans le cas ou une cellule de crise est active!), et ne pas trop attendre pour prendre des mesures de sauvegarde, en commençant par: Exigences/objectifs Questions à examiner

- Mettre à l’abri les objets de valeur, souvent peu encombrants et faciles à transporter (bijoux, argent, papiers importants, photos, collections, etc.).

- Mettre à l’abri votre véhicule en le sortant du garage ou du sous-sol et en allant le garer sur le point haut le plus proche (préalablement localisé).

- Mettre à l’abri les matières et produits polluants et terminer, si possible par les objets lourds et encombrants. S’il n’est pas possible de monter les objets trop pesants à l’étage, on peut espérer les protéger en les montant sur des parpaings et en les enveloppant d’un film plastique, dans l’hypothèse d’une crue limitée.

- Empêcher la flottaison d’objets (cuve de fioul, salon de jardin, bois de chauffage, etc … )

- Limiter la pénétration d'eau dans le logement afin de limiter les dommages aux biens dans la perspective de minimiser les travaux de remise en état (protection du type batardeaux devant les portes..)

- Mettre en réserve dans un coin, regroupés et faciles à prendre, des objets utiles en cas de départ forcé, lors d’une éventuelle évacuation:

  • une torche électrique avec des piles de rechange,

  • un poste de radio

  • un téléphone portable et son chargeur,

  • une réserve d’eau minérale,

  • des vêtements de rechange,

  • des couvertures,

  • un nécessaire de toilette,

  • une trousse à pharmacie,

  • les médicaments d’un éventuel traitement en cours,

  • cage de transport pour votre chat ….

 

Ne vous laissez pas prendre au dépourvu, sachant que l’eau peut monter plus vite que vous ne le pensez!

Si vous décidez de quitter votre maison avant l'arrivée de l'eau, vérifiez que les réseaux (électricité, gaz, eau, chauffage) sont coupés et attachez les objets enveloppés qui ne doivent pas être renversés, avant de partir.

Ne quittez jamais votre habitation pendant la crue sans l’aide des secours. Lorsque l’eau recouvre le sol, es bouches d’égout, les fossés que l’on ne peut plus voir sous l’eau, sont des pièges mortels. Restez chez vous et n’essayez pas de passer malgré tout!

 

 

  1. Pendant la crue :

  • Fermez portes et fenêtres et évacuations

  • Coupez les alimentations en gaz et en électricité

  • Réfugiez-vous si possible dans les étages

  • Écoutez France Bleu Gironde (FM 100.1)

  • Ne téléphonez qu’en cas de besoin afin de libérer les lignes pour les secours

  • Signalez votre présence pour faciliter l'évacuation des personnes

 

 

  1. Après la décrue:

  • Ne retournez pas seul dans votre logement : faites vous accompagner. Soyez attentif aux risques auxquels vous pouvez être exposé : effondrement des murs et planchers, chutes sur sols glissants, noyades, électrocution, fuites de gaz ou émanations en sous-sol, produits polluants, équipements défectueux, …

  • Éloignez vos jeunes enfants des zones concernées par l’inondation.

 

  • Prenez des photos de l’habitation et de tous les biens touchés par l’inondation, elles vous serviront dans vos relations avec les intervenants que vous aurez à rencontrer : assureurs, experts, entreprises..., téléphonez dès que possible à votre assureur pour signaler votre sinistre.

 

Dans tous les cas les travaux de réparation et les interventions sur les bâtiments s’effectueront après la décrue. C’est à ce moment qu’il convient d’effectuer une estimation des dégâts. Au-delà des dégâts visibles sur les murs, les planchers, … il faut repérer ceux moins visibles ou invisibles qui peuvent affecter les installations électriques, le chauffage, les fondations, les réseaux, les isolants, …. Le délai de remise en état, qui prendra plusieurs mois, est essentiellement lié au temps de séchage. Des matériaux, en particulier certains isolants, peuvent être irrémédiablement dégradés : il devront être remplacés.

 

En cas de difficulté majeure, des mesures simples doivent être prises, a savoir:

  • Dès que l’eau s’est retirée et que le retour dans le logement peut avoir lieu dans de bonnes conditions de sécurité, la priorité est le séchage, qui consiste à évacuer l’eau liquide accumulée dans les matériaux de construction. Recherchez également l’eau et les dépôts dans des endroits où ils risquent de stagner (vides de construction, gaines, …).

  • Avant de nettoyer, des précautions sont à prendre. En effet des bactéries et autres micro-organismes nocifs pour la santé peuvent avoir proliféré dans l’eau. Certaines moisissures peuvent être toxiques. Ces différentes pollutions devront être éliminées avant de réoccuper les logements. Ventilez toutes les pièces. Portez des gants pour vous protéger du contact direct avec de l’eau polluée. Le nettoyage de la surface des murs avec de l’eau additionnée d’eau de javel peut avoir lieu durant le processus de séchage. La quantité d’eau ainsi utilisée est faible par rapport à celle apportée par l’inondation.

  • Sortez tout ce qui est gorgé d’eau (moquettes, rideaux, papiers peints couvrant les murs touchés, les revêtements de sol partiellement décollés, etc .. ) ;

  • Nettoyez toutes les parties inondées visibles (murs, fenêtres, …) avec de l’eau propre. Complétez ce nettoyage à l’aide d’un désinfectant (eau de javel au moins);

  • Mettez le chauffage à fond tout en aérant les pièces, car les courants d’air facilitent le séchage en évacuant les odeurs. Réaliser des orifices en haut de cloison de doublage pour favoriser la ventilation de l’espace entre le mur et la cloison.

  • Démontez les prises de courant (en ayant pris la précaution de couper le courant électrique), assurez-vous que tout est bien sec avant la remise en marche de l’installation électrique, et notamment, les boîtiers de dérivation;

  • Ne consommez pas l’eau du robinet avant d’être sûr qu’elle est potable. De toute manière, il est recommandé de laisser couler l’eau pendant plusieurs minutes à la première ouverture du robinet.

 

Quelle que soit l’efficacité des moyens de séchage, il faut du temps pour bien assécher : plusieurs semaines à plusieurs mois suivant les cas. La période estivale peut permettre de parachever ce séchage.

 

 

  1. Comment protéger sa maison:

 

Nombreux sont ceux qui, après une inondation, cherchent à installer des systèmes de leur conception. D’ailleurs, lors de l’enquête menée auprès de la population de Saint-Louis par notre association la plupart d’entre vous avaient choisi la protection des entrées par la mise en place de batardeaux.

Alors, pour définir la hauteur des batardeaux, se repérer à la hauteur observée lors de l’inondation de décembre 99 et rajouter 50 cm de plus pour assurer (sauf pour des niveaux d’eaux supérieur à 1,20 mètre ou nous estimons malheureusement qu’il n’existe pas de solutions viables dont la mise en œuvre se réalise rapidement). Plusieurs solutions de construction de batardeaux sont détaillées dans un fascicule que l’association tient à votre disposition .

 

Voici une énumération succincte des quelques points qui sont abordés dans le dépliant:

  • Profilés en U ou en T pour la confection des glissières.

  • Moyens de serrage pour bien plaquer le batardeau sur le profilé.

  • Joints, au néoprène à face autocollante, mastic au silicone ou à la boue. Vérifiez le temps de séchage des joints utilisés.

  • Repérez le nom et le sens de pose de chaque batardeau en fonction de sa destination.

  • Stockez ensemble à proximité de leur lieu de destination et à l’abri dans un endroit facile d’ accès, les batardeaux et leurs accessoires. Le rapport de rigidité épaisseur - longueur doit être de 1 cm pour 1 m.

  • N’oubliez pas les autres sources possibles d’infiltration d’eau: Fermez l’accès des canalisations qui relient l’extérieur à l’intérieur de la maison depuis l’extérieur. Dès lors que ces installations de traitement, collectives ou individuelles, sont inondées, la pression de l'eau peut refouler les eaux usées vers le bâtiment. Ces effluents peuvent alors ressortir par les évacuations de tous les équipements sanitaires (douches, baignoires, cuvettes de WC, lavabo, évier..)

La mise en place d'un clapet anti-retour permet de limiter ces refoulements. (L'adoption de cette mesure nécessite un examen du réseau).

 

  • Faites une liste et classez par ordre de priorité les choses à faire, à déplacer ou à emporter en cas d’inondation.

  • Le temps de pose vous sera compté Faites des essais, entraînez-vous et chronométrez-vous…

 

D’autres systèmes existent:

Plusieurs inventeurs ont breveté des systèmes astucieux, comme ce dispositif constitué d’une enveloppe néoprène et d’un cadre en métal qui se déploie comme un cric avec une simple clé à écrous et capable de supporter la pression de l’eau, modulable selon la largeur de la porte. Ce dispositif, baptisé «FloodGate», facile à installer (la pose ne prend quelques minutes) est proposé par la société 2 l’Eau Protection , 35 rue des jeûneurs, 75002 Paris. Cette société propose aussi des portails étanches, des portes étanches, etc…


Autres palliatifs:

- Des barrages écrêteurs en amont des grands fleuves réduisent les risques de crue en retenant les excédents d’eau jusqu’à la décrue. Il en existe une quinzaine dans l'hexagone, notamment sur la Seine et la Loire.

 

 

 

  1. Votre indemnisation:

 

Pour être indemnisé au mieux et rapidement, vous devez établir un inventaire complet des dommages. L’idéal est d’avoir fait des photos de vos biens (meubles, matériels, etc.). Ces documents attesteront de leur état et de leur valeur auprès des experts et des assureurs.

 

  • Placez les documents les plus utiles (les photos, factures d’achat, titres de propriété ou contrat de location, etc.) dans un récipient étanche ( boîte ou bocal).

  • Si les biens endommagés ou perdus ne sont pas couverts par une assurance-dommages, vous ne pouvez prétendre qu’à une indemnité prélevée sur un fonds d’aide aux sinistrés.

  • Si les biens sont couverts par une assurance-dommages, votre assureur vous indemnisera au titre du régime des catastrophes naturelles, à condition qu’un arrêté interministériel constatant cet état pour la commune soit paru au «Journal Officiel». Au titre de la garantie "catastrophe naturelle", l'assureur prend en charge les frais de déblais et démolition, de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux. L'assurance joue notamment si les murs de la maison sont fendus, si la stabilité de la maison est atteinte du fait d’un glissement de terrain. Elle joue pour les dommages causés à des appareils électriques, au contenu des réfrigérateurs et congélateurs avarié à la suite d'une submersion due à une inondation.

  • Les dommages ou dépenses qui ne sont pas directement liés à l’inondation ne seront pas remboursés.

  • La loi du 13 juillet 1982 a simplifié la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, offrant ainsi aux sinistrés une garantie assise à la fois sur les compagnies d’assurance et les pouvoirs publics. Ce système garantit aussi les pertes d’exploitation éventuelle pour les exploitants agricoles et les entrepreneurs.

  • Dès la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, les services municipaux regroupent les demandes pour constituer un dossier mentionnant également les arrêtés de reconnaissance d’état de catastrophe naturelle antérieurs. Le dossier est envoyé à la préfecture qui le transmet au ministère de l'intérieur.

  • Dans les communes qui ne sont pas dotées d’un PPRI (plan de prévention des risques inondation), le montant de la franchise est modulé en fonction du nombre d’arrêtés pris pour ce type d’événement depuis février 1995.

 

  • Ce qui se traduit par:

  • un doublement de la franchise au troisième arrêté

  • un triplement de la franchise au quatrième arrêté

  • un quadruplement de la franchise au cinquième arrêté

 

 

Le PPRI fut définitivement adopté sur la Presqu’île d’Ambès en juillet 2004

 

 

  1. Quelques bonnes adresses:

 

Les organismes publics suivants doivent être en mesure de vous renseigner:

 

- MINISTERE DE L'ECOLOGIE, DE L'ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER:

☺ 20 rue de SEGUR, 75302 PARIS 07 SP 01.42.19.20.21



- DIREN: direction régionale de l'environnement

☺95 rue de la Liberté, 33073 Bordeaux Cedex 05.56.93.61.00

 

  • PREFECTURE DE LA GIRONDE:

☺Esplanade Charles de Gaulle, 33077 Bordeaux cedex 05.56.24.50.13

 

Pour ceux qui ont accès à Internet, voici quelques sites intéressants consacrés aux inondations.

généralités sur les inondations : www.prim.net/actu/archives/inondations.html

Information des sociétés d’assurance : mémento pratique du particulier réalisé par la mission risque naturel de la Fédération Française des Sociétés d'Assurances (FFSA) et du GEMA (Groupement des Entreprises Mutuelles d'Assurance)

http://www.ffsa.fr/ ou http://www.gema.fr/

 

 

 

 

  1. Conclusion:

 

Les membres de l’association «Vivre avec le fleuve» se tiennent à la disposition de tous pour les conseiller dans la mesure de leurs possibilités. En retour, ils sont prêts à accepter sans restriction toutes les bonnes idées et toutes les bonnes volontés.

 

Nous souhaitons «Bon Courage» à tous ceux qui, à la lecture de ce fascicule décideront de se lancer dans les travaux. Car, pour être rassuré, il faut être bien préparé…

 

                                                              Le bureau

 

 


- L’installation de drains permettra une baisse plus rapide du niveau d’eau dans le sous-sol de l’habitation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :