Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de VALF

Compte rendu rencontre avec le directeur de YARA

Colette ARNAUD, Philippe VICQ et Daniel BAS ont été accueillis le 17 février 2011 par Monsieur Patrice BAUVIN directeur de l’usine YARA d’Ambés.

 

Cette unité SEVESO est spécialisée dans la production d’amonitrate utilisé principalement comme engrais agricole. Cette production nécessite de l’acide nitrique (produit sur place) et de l’ammoniac qui est reçu et stocké  dans une cuve cryogénique réfrigérée à -33,5 degrés.

 

Cette cuve a subie sa 1ère inspection en milieu d’année 2010 depuis sa fabrication. Le procédé est long et complexe il faut en moyenne 3 mois:

  • 45jours sont nécessaire pour le vidage et le traitement afin de rendre l’intérieur viable et respirable
  • 45 jours pour la remise en température et  remplissage après inspection et travaux éventuels
  • A cela, il faut ajouter les temps de montage et de démontage d’un échafaudage intérieur  (4 tonnes à passer par le « trou d’homme », l’inspection, les travaux, les contrôles finaux opérés par l’entreprise et divers organismes accrédités.
  • Le remplissage n’est à nouveau autorise par la DREAL que lorsque tout est en règle et éventuellement (ce qui fut le cas pour cette inspection)  une analyse critique réalisée par un tiers expert.

Le rapport reçu, l’autorisation de remplissage a été délivrée par la DREAL le 11 février dernier.

 

Constat suite à cette inspection :

La partie intérieure de la cuve est constituée de tôles d’acier (9m x 2.50m) soudées entre-elle. Les épaisseurs varient en fonction de la hauteur (2.5cm en bas, 0.8 cm en haut).

De la partie inférieure et jusqu’au 1er tiers de la hauteur, il a été constate un certain faïençage (criques) autour de certaines soudures. Ces criques d’une profondeur de quelques centièmes de millimètre peuvent aller jusqu'à 0.8 mm.

3 Actions ont été menées :

- Prélèvement d’un échantillon pour analyse. Remplacé par une « rustine » soudée selon les règles de l’art suivi d’un traitement thermique (recuit). Toutes les zones à problème ont été identifiées photographiées et fichées afin d’en suivre leur évolution.

- Vérification de la possibilité de contrôler ultrasoniquement ces anomalies de l’extérieur. Du fait de l’accès à l’intérieur de la cuve il a été possible de vérifier la réalité et la précision des mesures faites de l’extérieur et de leur corrélation avec ce qui était constaté « de visu » à l’intérieur . Ce point est important car les contraintes mécaniques, thermiques et chimiques subies par la cuve lors d’une séquence de « vidage, remplissage » peuvent être une des causes de ce faïençage.

Une autre cause probable pourrait être les contraintes mécaniques (extension et compression autour d’une zone neutre) générées par les soudures.

- Les zones de faïençage ont été meulées sur une épaisseur maxi de 8/10 de mm. Cela implique une diminution de l’épaisseur de la cuve à certain endroit. La capacité de cette cuve a été recalculée en fonction de ces nouveaux éléments. La capacité a sensiblement été réduite (d’environ, un quart de sa capacité initiale).

Tout ce process a été suivi depuis le départ de ce contrôle par l’institut de soudure. Cet institut est mondialement reconnu.

Cette présentation nous a permis de constater en photos tout ce qui nous a été expliqué et il a été répondu à toutes nos questions

 

…Et après.

Un contrôle ultrasonique régulier 4 fois par an, afin de suivre l’évolution de ce faïençage, a été planifié en accord avec YARA, la DREAL, Les APAVES et l’institut de soudure. Le premier a eu lieu suite au remplissage de la cuve et aucune évolution n’a été constatée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article