Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de VALF

LETTRE AUX ADHÉRENTS, MARS 2015

Lors de la dernière assemblée générale un nouveau bureau a été élu :

Présidente : Colette ARNAUD

 Vice – Président : Alexandre LUSSEAUD

 Trésorier : Christian DISCAZEAUX

 Secrétaire : Philippe VICQ

 Secrétaire adjointe : Nadine RIVA

Conseil d’administration : Colette ARNAUD, Anne-Cécile REALE, Nadine RIVA, Delphine SICET, Gilles BERAUD-SUDREAU, Christian DISCAZEAUX, Dominique GAYERIE, Gilles HUGON, Stéphane LABRUE,  Alexandre LUSSEAUD, Daniel RENAT, Philippe VICQ.

 

En début d’année 2015, faisons le point sur le dossier des inondations.

L’association Vivre Avec Le Fleuve est plus que jamais reconnue pour son expertise, et sa force de propositions, sauf à Saint Louis, mais c’est bien connu : «nul n’est prophète en son pays ».

Le nouveau Président de « Bordeaux Métropole » (ex CUB) s’est engagé à tenir ses promesses pour assurer la sécurité, la protection des personnes et des biens, dans une agglomération sujette aux inondations fluviomaritimes.

Les membres du bureau de VALF ont toujours refusé les projets d’aménagement « contre les inondations », jusque là défendus par l’ancienne majorité, malheureusement, certains élus, comme à Saint Louis, par manque de discernement, les soutiennent encore, en laissant croire que  c’est la solution. Rappel des deux principaux principes de ces scénarii: Hors bourgs, baisser le niveau des digues et favoriser la sur-inondation de zones avec un nombre non négligeable d’habitants, et entourer les centres bourgs de digues alors qu’ils seront encerclés par des inondations multiples. 

Nous déplorons cette attitude et nous refusons que les populations hors centre bourgs soient sacrifiées sur l’autel du développement urbain, car c’est bien de cela dont il est question, protéger les centres bourgs afin de pouvoir continuer l’urbanisation,  au mépris de tout bon sens. Comment garantir la sécurité, en mettant en danger l’existence quotidienne, voire même la vie des personnes coincées derrière un tel endiguement ?

Sous la houlette du nouveau maire d’Ambés, en charge de la délégation inondations à « Bordeaux Métropole », nous ne sommes plus devant la politique du fait accompli, l’action est menée avec plus de transparence, les responsables associatifs sont informés et consultés, en amont des projets. Dommage que ce ne soit pas la règle partout (..), la démocratie a pourtant tout à y gagner!

Les premières orientations stratégiques de «Bordeaux Métropole» sont :

  • Des travaux de restauration des digues et des jalles visant à améliorer au plus vite la sécurité des biens et des personnes, dépôt d’un premier dossier en avril 2015. Remise en état du réseau hydraulique de la Presqu’île d’Ambés (curage et recalibrage des fossés et jalles), protection des centres bourg et des zones d’habitat hors bourgs. Démarrage des travaux au plus tard en 2016.
  • L’amélioration de la connaissance et de la conscience du risque (pose de repères de crues, réalisation d’un sentier pédagogique de sensibilisation/valorisation.
  • La surveillance et la prévision des crues et des inondations avec l’outil RAMSES actuellement utilisé pour la surveillance des marées à Bordeaux.
  • L’amélioration de la gestion de crise et d’alerte à l’échelle de la Métropole.
  • La prise en compte de l’adaptation de l’aménagement du territoire en matière d’’urbanisme et d’occupation des sols pour les zones inondables.
  • La reconquête des champs d’expansion des crues en favorisant la valorisation écologique, naturelle et agricole de ces zones.

Après des années d’immobilisme, enfin, il semble que nous ayons été entendus, mais soyez certain que nous restons attentifs, nous ne baissons pas la garde, nous suivrons toujours les dossiers pas à pas, sans concession, mais dans un esprit constructif. Nous veillerons à la  préservation des zones actuelles de stockage des eaux, et au strict contrôle de l’urbanisation et de l’industrialisation en zones inondables.

La hausse des températures et du niveau des océans n’est plus une hypothèse, c’est une certitude. Face à l’inéluctable réchauffement climatique, et à la montée des mers plus rapide que prévue, il y a urgence à mettre en place des solutions de protections pérennes, innovantes et pour tous, comme la mise en place d’un barrage à l’entrée de l’Estuaire ou autre système freinant l’eau. Ce n’est pas de l’utopie, c’est de l’anticipation !

Il faut avoir le courage de dire les choses, et reculer face au fleuve, accepter la déconstruction de certaines maisons ne doit pas être tabou, et c’est une question qui mérite réflexion. La mise en place d’un système de double digue avec la création d’un bassin de rétention, par exemple à Saint Louis en utilisant toute la zone d’extrême danger, après le rachat et la destruction des maisons restantes, et la remise à niveau originel du terrain doit être envisagée.

 

 « Ne doutez jamais qu’un petit groupe d’individus conscients et engagés puisse changer le monde, c’est de cette façon que cela s’est toujours produit » Margaret MEAD, anthropologue, 1901-1978)

Ensemble, nous sommes plus forts,  arrêtons de subir, notre avenir nous appartient…..

 

Nous vous invitons à venir nous rencontrer et échanger, lors de la 18ème assemblée générale de votre association « Vivre Avec Le Fleuve », qui aura lieu la samedi 30 mai à 17H00, 184 avenue de la Garonne à Saint Louis de Montferrand (Gereyme, angle rue Gaston Bourceau). Nous clôturerons cette soirée dans la convivialité, avec le verre de l’amitié.

Le bureau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article